A. NOAL (Agence Oxygen) : «28% des porte-parole interrogés voient dans les journalistes de la publicité gratuite»

0
678

Oxygen, agence indépendante de conseil en communication, a conduit une étude sur les relations qu’entretiennent journalistes et porte-parole d’entreprise. Zoom sur l’agence Oxygen avec sa Directrice Générale, Ève CATRIX, et son Senior Brand Strategist, Alexis NOAL.

MEDIACOM 

Quelle est l’expertise de l’agence Oxygen ? 

Ève CATRIX 

L’agence Oxygen a été lancée en 1999 par des journalistes animés par la volonté de bousculer le secteur et ses pratiques. Notre objectif est de créer les conditions favorables à une forte visibilité médiatique pour nos clients. Notre réseau est composé de 10 agences régionales. Nous sommes convaincus qu’une bonne communication à l’étranger ne peut se faire depuis la France. Elle doit s’adapter au marché, et à la culture. L’agence s’est donc dotée d’un réseau de partenaires afin de pouvoir mener des campagnes internationales : le réseau Global One communication. Nous accompagnons des grands comptes (30%) et des PME ayant besoin de visibilité à l’échelle régionale, voire nationale. Des acteurs comme Décathlon, ManoMano, Mastercard, Mondial Relay, Peugeot Scooters, Sixt, Swiss Life, Ravensburger, Aptar, Arterris, Mappy et Stokke nous font confiance. 

MEDIACOM 

Comment le digital a-t-il bouleversé le marché des relations presse ? 

Ève CATRIX 

Le digital a changé les règles. Tout est devenu média. Avec plus de 211 millions de contenus publiés chaque minute sur le web, la ressource la plus rare est devenue l’attention. Oxygen a donc cassé les codes des RP pour les propulser dans l’ère digitale grâce à l’élaboration de stratégies de communication data-driven, comprenant les relations presse et influenceurs, le social media, la création de contenus et l’événementiel. Nous créons ainsi les conditions favorables à une forte visibilité médiatique et une relation durable avec les publics, en mêlant technologies innovantes et techniques traditionnelles. 

MEDIACOM 

Comment l’année 2020 a-t-elle chamboulé la stratégie de vos clients ? 

Ève CATRIX 

Dès 2018, une nouvelle tendance a émergé sur le marché: l’intégration de la «raison d’être» dans l’ADN des entreprises. La crise du Covid a été un révélateur pour vérifier l’intégration de cette tendance. En 2020, les entreprises ne peuvent plus mentir. L’évolution du budget de nos clients est très variable selon les secteurs d’activités. Concernant Oxygen, nous avons tenu le cap, et nous avons continué à nous développer. Nous avons ouvert notre bureau de Marseille en 2020. Nous continuons à recruter de nouveaux talents sur l’ensemble du territoire où nous sommes présents. 

MEDIACOM 

Quel bilan tirez-vous de votre étude autour de la relation journaliste / porte-parole ? 

Alexis NOAL 

Fin 2020, nous avons conduit une étude auprès de 890 journalistes et de 1450 porte-parole d’entreprises sur les relations qu’entretiennent journalistes et porte-parole d’entreprise. Interrogés sur les travers les plus fréquemment rencontrés chez leurs interlocuteurs, les journalistes mettent en avant les fameux éléments de langage (64,7%), suivis par les discours marketing et publicitaires (55,88%) et la langue de bois (38,24%). Autre constat : près de 90% des porte-parole interrogés voient dans les journalistes un simple relais de leur actualité et que la grande majorité d’entre eux (près de 58%) n’a jamais été formée à l’exercice (et parmi ceux-ci, moins de 9% envisagent une formation). Enfin, 28% des porte-parole interrogés voient dans les journalistes l’opportunité d’avoir de la publicité gratuite, et 15% pensent que le journaliste ne connaît pas le sujet qu’il traite. 

MEDIACOM 

Comment pouvez-vous accompagner ces porte-parole ? 

Alexis NOAL 

Nous devons accompagner nos clients pour qu’ils comprennent le quotidien du journaliste et rétablir un dialogue serein et de confiance entre ces deux acteurs essentiels de l’information. Le jeu du «je t’aime, moi non plus» n’est pas nouveau entre eux, mais il ne faudrait pas qu’il laisse place à une déception quasi amoureuse faite de ressentiment et de défiance. Nous mettons déjà en place une offre d’accompagnement et de media training. 

MEDIACOM 

Qu’en est-il de la confiance entre les journalistes et les porte-parole ? 

Ève CATRIX 

Cet élément est très perturbant : seuls 5,26% des porte-parole voient dans le journaliste un tiers de confiance, alors que, traditionnellement, le journaliste était vu comme celui qui allait vérifier l’information, confronter les points de vue et rendre compte de façon impartiale. Les porte-parole doutent de plus en plus à la fois des connaissances du journaliste, des sujets traités, mais également de cette impartialité. De leur côté, les journalistes estiment que les porte-parole auxquels ils sont généralement confrontés ont trop souvent tendance à ne pas répondre aux questions posées et sont là pour essayer de les manipuler.