G. DORCEL (Dorcel) : «Nous notons une très forte progression des ventes (+60%) sur notre site en période de confinement»

0
366

Ce lundi 11 mai, Dorcel a réouvert ses 11 enseignes alors que ses ventes en ligne ont progressé de +60% en période de confinement. L’occasion pour médiaCom’ de rencontrer Grégory DORCEL, CEO du groupe Dorcel. 

MEDIACOM’ La période de confinement a été propice au marché des ventes de sextoys. Quel est le bilan pour Dorcel ? 

Grégory DORCEL Notre réseau de 11 magasins est resté fermé pendant le confinement. Nous venons d’ailleurs de le rouvrir ce lundi 11 mai. Cependant, nous constatons de belles progressions sur le digital, aussi bien sur la consommation de contenus ou l’achat de produits. Dès l’annonce du confinement, nous avons envoyé et livré gratuitement des milliers de sextoys aux Français et offert des dizaines de milliers d’accès gratuits à notre site Premium. Nous avons eu en moins de six heures, autant de trafic qu’en un mois. Nous constatons une progression de l’ordre de 35% de la consommation en ligne et une hausse de 20% de la part des femmes dans la consommation et dans l’achat de produits. Pour info, 25% des femmes adultes consomment du X régulièrement et sans leur conjoint. Sur le site e-commerce, nous notons également une très forte progression des ventes à 60%. Une hausse logique en raison de la fermeture des enseignes. Une telle progression est inédite. À noter que ces résultats ne sont pas dûs à une surconsommation de nos clients habituels, mais à l’émergence de nouveaux. 

MEDIACOM’ Ces résultats compensent-ils la perte de la fermeture des magasins ? 

Grégory DORCEL La perte a été compensée seulement en partie. Pour rappel, notre réseau est constitué de 11 magasins. Cependant, nos produits sont aussi vendus et distribués par des centaines d’autres acteurs en France et des milliers à l’international. 

MEDIACOM’ Vous avez lancé l’opération #PardonVoisins. Quels en sont les résultats ? 

Grégory DORCEL Le confinement entraîne une cohabitation, plus forte que d’habitude, avec ses voisins. On les voit applaudir tous les soirs mais on les entend aussi se faire plaisir. Nous avons donc lancé l’opération #PardonVoisins, une prise de parole menée par un film dans lequel une femme s’excuse de la gêne qu’elle risque d’occasionner suite à la réception de sa commande sur dorcelstore.com. Parmi plusieurs déclinaisons en social media, un relai Twitter avec le #PardonVoisins a permis à chacun de raconter des anecdotes de voisinages. Nous aimons bien les opérations de ce type et les résultats sont très positifs. 

MEDIACOM’ L’opération #PardonVoisins est une action digitale. Qu’en est-il des médias traditionnels ? 

Grégory DORCEL Nous communiquons énormément sur les réseaux sociaux car, historiquement, les médias classiques sont hostiles à l’idée de diffuser des messages qui concernent la sexualité. Les gouvernances (dirigeants de chaîne et régies pub) sont restées conservatrices, avec un métro de retard par rapport à l’évolution de la société. Ces dernières ne savent pas faire la différence entre un message vulgaire et un message publicitaire et éducatif au sujet de la sexualité. C’est dommage. Nos actions de communication sont toujours orchestrées par l’Agence Marcel. Ils développent des concepts créatifs forts tout en respectant notre budget communication. 

MEDIACOM’ Comment se porte le groupe Dorcel ? 

Grégory DORCEL Nous sommes leaders avec nos productions, nos chaînes TV et services VOD haut de gamme, mais aussi en tant que fabricant et distributeur de sextoys via notre réseau de magasins physiques ainsi que nos sites. Acteur majeur de l’innovation en matière de plaisir sexuel dès 1979 avec la VHS, puis la VOD, son concept store ou encore la réalité virtuelle (VR), Dorcel est depuis sa création à la pointe de la technologie au service du plaisir. Le marché international représente 62% de notre activité et nous sommes présents dans plus de 75 pays.