Google et Carrefour présentent leur nouveau service commun d’achat en ligne via assistant vocal

0
158

Le géant américain du numérique Google et le groupe français de distribution Carrefour ont présenté mardi un nouveau service commun d’achat en ligne via assistant vocal, une branche du e-commerce encore relativement peu développée malgré les prédictions faites il y a quelques années. 

Selon les deux partenaires, le service, accessible depuis ce mardi, est une «première mondiale» en permettant à l’utilisateur de faire tout le processus d’achat en ligne dans un dialogue avec son assistant vocal, depuis l’élaboration de la liste de courses jusqu’au paiement et à la détermination du mode de livraison (à domicile ou en «drive»). 

Le service est l’un des fruits du partenariat annoncé il y a deux ans par les deux groupes, dont l’un -Carrefour- veut accélérer sa transformation numérique et l’autre -Google- veut se développer autour du commerce alimentaire. 

Ce partenariat faisait suite notamment à l’onde de choc provoquée par le rachat par Amazon du distributeur américain Whole Foods, démontrant les ambitions du géant du e-commerce dans l’alimentaire, dont il était resté à 

l’écart jusqu’alors. 

Via le service Google Carrefour, les utilisateurs ont la possibilité de dire à l’assistant vocal les produits qu’ils veulent, y compris d’une manière générique («du lait», «des pommes»…). 

En dialoguant avec l’utilisateur, l’assistant élabore la liste en fonction des préférences habituelles du consommateur (marques habituellement choisies, bio ou pas, etc.) 

La liste est ensuite automatiquement transférée sur le site de Carrefour pour commande et paiement. 

D’autres grands distributeurs c utilisent déjà l’assistant vocal de Google, 

comme Intermarché ou Leclerc par exemple. 

Mais selon Google et Carrefour, les services offerts sont moins complets, en particulier sur la capacité de l’assistant à choisir la bonne référence en fonction des préférences habituelles. 

Pour que l’assistant vocal soit «intelligent» dans son dialogue avec l’utilisateur, Carrefour donne accès à Google aux achats passés de l’utilisateur dans ses magasins. 

«Ces données» de Carrefour «ne seront utilisées que pour permettre au service de fonctionner», ont assuré lors d’une téléconférence de presse François Loviton, directeur Retail (services à la distribution) de Google 

France et Amélie Oudéa-Castera, directrice e-commerce de Carrefour. 

Elles «ne seront pas utilisées pour le ciblage publicitaire», a notamment 

précisé le premier. 

Si un consommateur cesse d’utiliser le service pendant plus de 30 jours, «on interrompt le transfert de données» de consommation vers Google et «l’historique d’achat est effacé», a assuré de son côté Amélie Oudéa- Castera.