Le e-commerce français atteint de nouveaux sommets en 2023

0
40

Les Français ont dépensé 160 milliards d’euros sur internet en 2023, un montant en hausse de 10,5% par rapport à 2022, tiré par les voyages et les loisirs, a annoncé jeudi la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (Fevad). 

Ce chiffre d’affaires marque un nouveau record, après celui de 2022, année où les ventes en ligne en France s’étaient établies à 144,7 milliards d’euros. Le nombre de transactions a lui augmenté de 5%, selon le rapport de la Fevad, qui s’appuie sur un double panel, celui de plus d’une centaine de sites «leaders» du e-commerce et celui des plateformes sécurisées de paiement de 200.000 sites marchands. Les Français effectuent en moyenne 60 commandes par an sur internet, soit plus d’une commande par semaine, pour un montant total annuel de 4.000 euros, selon cette même source. «Cette croissance est très fortement tirée par les services, qui ont beaucoup souffert pendant le Covid et qui, aujourd’hui, sont repartis», a commenté jeudi le délégué général de la Fevad Marc Lolivier, lors d’une conférence de presse au ministère de l’Économie présentant le bilan du e-commerce en 2023. Le secteur des services a enregistré une hausse de 20% par rapport à 2022. Les voyages et les loisirs sont «la bouffée d’oxygène des Français» et deviennent «le premier secteur du e-commerce en nombre de clients» en France, a annoncé M. Lolivier. Ce segment a vu son chiffre d’affaires progresser de 13% en 2023. A contrario, les ventes de produits sur internet reculent de 1,8%, avec «tous les secteurs en recul» sauf la beauté et les produits de grande consommation, a analysé le délégué général de la Fevad. Dans le détail, l’habillement perd 5% de chiffre d’affaires, les produits techniques et électroménagers, 9%, le mobilier et la décoration, 1%. La beauté en revanche gagne 5% et les produits de grande consommation dans l’alimentaire, 11%. La Fevad note que les domaines «où il existe une offre de seconde main importante» sont confrontés à «des baisses de volumes». Les volumes d’affaires des places de marché restent globalement stables, avec une légère baisse de 1% par rapport à 2022 (mais en hausse de 29% depuis 2019).