Le régulateur appelle les Français à faire dès maintenant des économies d’énergie

0
136
PHOTO FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME LORIENT (56) : pylone ERDF ENEDIS électricité énergie

Le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), Jean-

François Carenco, a appelé lundi l’ensemble des Français à faire dès

maintenant des économies d’énergie, au risque de faire face à des tensions

d’approvisionnement l’hiver prochain.

Dans un entretien au quotidien Les

Echos, le patron du régulateur de

l’énergie juge que les difficultés

d’approvisionnement de gaz provoquées

par la guerre en Ukraine

et la baisse inédite de la production

d’électricité

nucléaire d’EDF

vont nécessairement

entraîner

des difficultés à

l’hiver 2022 si

rien n’est fait.

«Il faut économiser

du gaz et de

l’électricité en

France dès maintenant

sinon cela

pourrait mal se

passer l’hiver prochain», a insisté M.

Carenco, invitant chacun à faire des

efforts, «les industriels, le tertiaire,

les bâtiments publics mais aussi chacun

d’entre nous, que ce soit en baissant

le chauffage, la climatisation,

les lumières». «Il y a urgence et chacun

doit s’y mettre», a-t-il ajouté.

Le président de la CRE appelle par

ailleurs à lever les obstacles administratifs

afin d’accélérer le déploiement

d’un terminal flottant GNL (gaz

naturel liquéfié) au Havre ainsi que

simplifier les démarches administratives,

et contentieuses concernant

les projets d’énergies renouvelables.

«Il y a urgence à accélérer. La crise

que nous traversons doit permettre

de comprendre que l’intérêt collectif

prime sur

l’intérêt individuel

», a

ajouté Jean-

F r a n ç o i s

Carenco. La

guerre en

Ukraine a

provoqué un

renchérissement

important

du prix

des hydrocarbures

et pose la question de la

dépendance du continent européen

au gaz naturel provenant de Russie.

En France, la production d’énergie

est affectée par la mise à l’arrêt de

plusieurs réacteurs nucléaires après

la découverte de fissures de corrosion

sur des systèmes de sécurité.

En conséquence, la production de

l’électricité nucléaire a atteint des

niveaux équivalents à la production

de 1991, estime la CRE, qui étaient

particulièrement bas.