Radio France émet des réserves sur le spot de publicité pour le référendum ADP

0
255

Radio France a «émis des réserves» sur la diffusion de spots de publicité pour le référendum d’initiative partagée (RIP) sur la privatisation d’ADP, a indiqué vendredi la radio publique. 

Les parlementaires à l’initiative du RIP sur les Aéroports de Paris comptent diffuser ces spots sur France Inter et France Bleu, face à ce qu’ils dénoncent comme un déficit de communication du gouvernement. Un journaliste de France Inter a indiqué jeudi à l’antenne que Radio France «refusera(it) de diffuser ces clips», s’appuyant sur son cahier des charges. Selon l’article 37 du cahier des charges de Radio France, «les messages publicitaires ne doivent contenir aucun élément de nature à choquer les convictions religieuses, philosophiques ou politiques des auditeurs». Alors que le référendum s’approche du million de signatures, cette annonce a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Mais la direction de Radio France a précisé vendredi qu’elle n’avait fait qu’émettre des «réserves» sur «les possibilités juridiques de diffusion» de ces spots. Contactée mercredi par le Groupe socialiste et républicain du Sénat, la régie de la radio publique n’a pas donné de réponse catégorique. «La régie de Radio France a émis des réserves sur la possibilité juridique, au regard de la réglementation relative à la publicité que Radio France doit respecter, de diffuser un projet de campagne dont ni l’identité de l’annonceur ni le message n’ont encore été précisés», a précisé Radio France. Les parlementaires PS, communistes, LFI et écologistes à l’initiative de la procédure s’attendent à ce que le seuil du million de soutiens soit franchi d’ici à la fin de l’année ou au début 2020. Pour être validée, la proposition de loi référendaire doit être approuvée par un dixième des électeurs inscrits, soit 4.717.396 personnes d’ici à la mi-mars. Mais le seuil du million est plus que symbolique, puisque il correspond au chiffre avancé par Emmanuel Macron pour l’organisation d’un RIP à l’avenir, dans la perspective de la réforme constitutionnelle présentée fin août.