RU : les distributeurs demandent une taxe de 1% sur les ventes du e-commerce

0
68

Le géant britannique des supermarchés, Tesco, accompagné de 17 autres grands noms de la distribution au Royaume-Uni, demande une taxe de 1% sur les ventes du commerce en ligne et de groupes comme Amazon, pour établir un contexte «équitable» avec les magasins traditionnels. 

Ils demandent par ailleurs une réduction de 20% de la taxe sur la propriété 

tescocommerciale, une demande persistante de la part des commerces britanniques, d’après une lettre au Chancelier de l’Echiquier Rishi Sunak. La taxe sur la propriété commerciale n’a pas été payée par les entreprises britanniques depuis le début du plein impact de la pandémie au printemps dernier mais doit de nouveau être versée à partir d’avril, malgré le confinement actuel qui force tous les commerces non essentiels à rester fermés et les prive de revenus. Les commerces avec de vastes empreintes immobilières s’estiment désavantagés par cet impôt comparé aux géants du commerce en ligne comme Amazon, qui a largement bénéficié des confinements au Royaume-Uni. Les distributeurs avertissent dans leur lettre que manquer de réformer ce système d’imposition lors du budget qui doit être présenté en mars «freinera la trajectoire de la reprise du secteur de la distribution (…) ce qui menace potentiellement des milliers d’emplois» alors que le secteur est déjà l’un des plus durement frappé par la pandémie de covid-19 et que des dizaines de milliers d’emplois ont déjà été supprimés. «Nous pensons qu’il devrait y avoir un contexte d’équité («level playing field») pour tous les distributeurs, en ligne ou ayant pignon sur rue, et c’est pour cela que nous proposons une taxe de 1% pour les entreprises avec un chiffre d’affaires supérieur à 1 million de livres par an, ainsi qu’une réduction de 20% de la taxe sur la propriété commerciale», détaille Tesco dans un communiqué.