Coronavirus : le e-commerce en chute libre en mars mais reprend des couleurs en avril

0
543

 Les mesures de confinement en France ont affecté le chiffre d’affaires du commerce en ligne au premier trimestre, avec en particulier un effondrement des ventes de voyages en mars, avant que les ventes globales ne rebondissent fortement en avril, a annoncé jeudi la fédération du secteur. 

 Le chiffre d’affaires des ventes globales du e-commerce au 1er trimestre 2020 a progressé de 1,8% sur un an, contre +11,9% entre 2018 et 2019, soit «la plus faible hausse jamais observée depuis la création du baromètre», a révélé la Fédération du e-commerce et de la vente en distance (Fevad) dans un communiqué de presse. La situation durant le trimestre a été plus que contrastée, précise-t-elle: en janvier et février, le e-commerce s’est développé de 8% alors qu’au mois de mars, son chiffre d’affaires s’est contracté de 10,1%, «touché par la crise sanitaire». Le secteur seul des ventes de voyages, particulièrement performant en général sur internet, a plongé en mars de 60% en raison des mesures de confinement, entraînant un recul de 19% sur le 1er trimestre, précise encore la Fevad. «Alors que le 1er trimestre est habituellement un pic dans la saisonnalité des achats de tourisme, les consommateurs, dès le début du confinement, ont réalisé des achats en produits alimentaires et biens d’équipement», ajoute-t-elle dans son communiqué. Le chiffre d ’ a f f a i r e s des trois premiers mois de l’année atteint 25,3 milliards d’euros, soit «la plus faible hausse jamais observée depuis la création du baromètre». Les deux premières semaines qui ont suivi le début du confinement ont été marquées par un très fort recul des ventes sur internet, souligne la Fevad. Puis, «début avril, les ventes globales ont progressé par paliers successifs, d’abord +25% au-dessus du niveau pré-confinement puis +40% sur les 2 dernières semaines de confinement», précise-t-elle. Toutefois, certains secteurs comme la mode-textile ont dû attendre encore mi-avril avant de retrouver le niveau d’avant confinement.