E. ARAKELIAN (Kapten) : «Le lancement de Kapten à Londres a été 5 fois supérieur à notre business plan»

0
291

Depuis le 15 janvier, Kapten a déployé son nouveau programme de fidélité, plus ludique et plus engageant autour du gaming. Objectif : fidéliser l’usage et non plus la consommation. L’occasion pour médiaCom’ de faire le point avec Eve ARAKELIAN, Directrice marketing chez Kapten. 

MEDIACOM’  Quelles sont les composantes de ce nouveau programme de fidélité ? 

Eve ARAKELIAN  Plus ludique et engageant, ce nouveau programme de fidélité permet à l’utilisateur de choisir librement comment il souhaite dépenser les points gagnés pendant ses courses. Chez Kapten, chaque trajet rapporte 50 points. De plus, peu importe le montant du trajet, dès la 4ème course, l’utilisateur tente sa chance à la Kap’roulette sur l’application. Cette dernière lui permet de bénéficier de réductions allant de 5% à une course gratuite en passant pas des offres exclusives de marques partenaires telles que Cheerz, SmartBox et Birchbox. Dès notre création, le programme de fidélité a toujours fait partie intégrante de l’ADN de Kapten et cela nous différencie sur le marché des VTC en tant qu’acteur du quotidien et de proximité. 

MEDIACOM’  Quel a été le plan de communication pour mettre en avant ce nouveau programme ? 

Eve ARAKELIAN  Nous sommes très vigilants concernant notre base de clients pour ne pas perdre nos fans les plus fidèles. Via une opération de e-mailing, nous avons souhaité faire de la pédagogie et annoncer de manière construite les atouts et les spécificités de ce nouveau programme de fidélité. 

MEDIACOM’  Avez-vous ressenti les effets de la grève débutée le 5 décembre dernier ? 

Eve ARAKELIAN  Le mouvement social s’est évidemment beaucoup ressenti au sein de Kapten. La demande a explosé. Cependant, grâce à notre partenariat avec la RATP, nous avons gagné en visibilité. Pour rappel, cette dernière avait retenu 32 entreprises proposant des alternatives aux transports en commun. Tous les usagers ont eu accès aux offres promotionnelles qui étaient rassemblées sur une page du site internet de la RATP. Alors que ce partenariat est encore en cours, nous sommes dans une démarche de fidéliser tous ces nouveaux entrants. 

MEDIACOM’  Où en est votre développement à l’international ? 

Eve ARAKELIAN  L‘an passé, nous avons ouvert un nouveau marché à Londres. Ce lancement a été 5 fois supérieur à notre business plan, et ce, directement sur le premier mois. Ce résultat nous a pris de court de manière très positive. Nous avons donc voulu sanctuariser ce marché et mettre entre parenthèses d’autres villes européennes. De plus, nous constatons une émergence des concurrents à Londres. Pour la France, nous observons les marchés prioritaires. Nous avons des parts de marché à aller chercher en Ile-de-France, c’est incontestable et observons avec intérêt Lille. Pour l’Europe, l’objectif est de consolider notre présence sur certains marchés et continuer à observer certaines zones pour nous y implanter comme à Amsterdam par exemple. 

MEDIACOM’  Souhaitez-vous diversifier votre offre ? 

Eve ARAKELIAN  Nous avons des objectifs forts et souhaitons conquérir de nouvelles parts de marché. De ce fait, nous sommes dans une logique de diversification de nos services tout en restant dans une stratégie d’être présents dans le secteur de la mobilité de personnes. Nous lançons dans les prochains jours une nouvelle gamme de véhicules et réfléchissons à créer des synergies avec d’autres acteurs de la mobilité. Notamment avec le groupe auquel nous appartenons, Free Now, qui participe à l’appel d’offre de la Mairie de Paris pour lancer une offre de trottinettes. Si Free Now est sélectionné, nous intégrerons certainement cette nouvelle offre.