Europe 1 veut tailler dans ses effectifs, dont les audiences peinent à remonter

0
27

Europe 1 veut tailler dans ses effectifs : la radio généraliste du groupe Lagardère, dont les audiences peinent à remonter, a annoncé qu’elle envisageait de supprimer une quarantaine de postes sans départs contraints, pour réduire ses pertes accentuées par la crise sanitaire. 

La direction de la radio a «informé les organisations syndicales de l’ouverture de discussions en vue de négocier un projet de rupture conventionnelle collective», déclare-t-elle dans un communiqué. 

«Cette approche, entièrement fondée sur le volontariat, a pour objectif de permettre à l’entreprise de se réorganiser sans départs contraints», est-il précisé. 

«Le travail engagé depuis deux ans sur la grille d’Europe 1 a permis de stabiliser les audiences mais le déficit annuel de la radio, accentué par la crise sanitaire, impose une réflexion sur l’organisation», justifie la direction de la station. 

Ce projet «porterait sur une quarantaine de postes principalement à la rédaction et à la direction des technologies, c’est-à-dire les équipes techniques d’Europe 1», sur un total d’environ 330 salariés permanents, a 

détaillé à l’AFP Olivier Samain, délégué syndical du Syndicat national des 

journalistes (SNJ). 

«La direction souhaite que cela se fasse vite et que les départs des personnes volontaires puissent se faire au début de l’été», a ajouté M. Samain. 

«Il est indispensable que nous nous réformions en profondeur», a insisté la dirigeante de la radio Constance Benqué, dans un message adressé aux salariés de la station, relevant que le déficit d’Europe 1 «ne cesse de se creuser, phénomène qui s’est encore accéléré avec la crise sanitaire». 

De son côté, l’intersyndicale de la radio (SNJ, CGT, CFTC,FO) a mis en 

garde la direction, dans un communiqué, contre «les risques de ce projet». 

«Tailler dans les effectifs, c’est se priver d’une partie des forces vives qui fabriquent l’antenne au quotidien. Avec quarante salariés en moins, la radio pourra-t-elle continuer à couvrir l’actualité comme elle le fait aujourd’hui ? A se distinguer dans le traitement de l’information ? A offrir à ses auditeurs les moyens d’écouter le monde changer ?», a-t-elle prévenu.