Les Galeries Lafayette ouvrent leur 2ème magasin en Chine

0
297

Les Galeries Lafayette ont officiellement inauguré vendredi à Shanghai leur deuxième magasin en Chine, considéré comme «un pont» pour leurs clients chinois, qui viennent déjà par millions faire leurs emplettes au vaisseau amiral de l’enseigne à Paris. 

Une tour Eiffel rouge avec le mot «Amour» et une coupole qui évoque celle de la célèbre adresse du boulevard Haussmann: le nouveau magasin, au pied des gratte-ciel du quartier de Pudong, joue sur le lien entre la capitale 

française et Shanghai, jadis surnommé «le Paris de l’Orient». 

Les Chinois représentent le tiers des 37 millions de visiteurs qui poussent chaque année les portes du magasin historique du quartier de l’Opéra à Paris. 

Avec un deuxième magasin chinois, les Galeries Lafayette ne craignent pas de réduire le flux de cette clientèle dépensière, assure Nicolas Houzé, le PDG du groupe, lors d’un entretien. 

«Au contraire, c’est une opportunité de créer un lien de plus entre la France et la Chine», affirme-t-il, soulignant qu’à peine 100 millions de Chinois voyagent à l’étranger, sur une population totale de 1,4 milliard d’habitants. 

Après le magasin de Pékin, ouvert en 2013, l’adresse de Shanghai est «très complémentaire» de celle du boulevard Haussmann, estime M. Houzé, héritier du groupe familial créé à la fin du XIXe siècle. «C’est un moyen de toucher des clients qui ne viendraient pas forcément nous visiter à Paris.» 

D’ici à 2025, les Galeries Lafayette prévoient d’ouvrir huit magasins de plus en Chine, dégageant au total un milliard d’euros dans le pays, précise le vice-président du groupe pour l’international, Philippe Pedone, sans vouloir dévoiler le chiffre d’affaires actuel. 

Relais de croissance : A cette date, le groupe prévoit que la Chine représente entre 60% et 70% de son chiffre d’affaires à l’international. 

Le géant asiatique «est un relais de croissance», selon M. Houzé, alors que le marché français, où les Galeries Lafayette comptent 59 magasins, est arrivé «à maturité». 

«Il va être de plus en plus rare et difficile de pouvoir ouvrir des grands magasins en France», remarque le patron du groupe, qui prévoit de faire passer son chiffre d’affaires à l’international à 20% ou 25% du total en 2025, contre 

10% actuellement. 

Confronté à la même problématique, son grand concurrent Le Printemps a annoncé des ouvertures de magasins en Italie et au Qatar. 

Le marché chinois est marqué par la très forte concurrence du commerce en ligne, comme l’a remarqué la semaine dernière une étude de Moody’s. 

Selon l’agence de notation financière, «les dépenses dans les grands magasins en Chine se sont stabilisées au cours des deux dernières années, après un déclin significatif entre 2013 et 2016». 

Mais seule «une croissance faible» est attendue sur les 12 prochains mois pour les gérants de centres commerciaux, selon Moody’s.