Veolia affiche son optimisme pour 2021, après des résultats en baisse

0
42

Veolia a affiché jeudi son optimisme pour 2021, après des résultats en baisse l’an dernier, et pour l’avancée de son offre sur son rival Suez, pourtant toujours décidé à ne pas se laisser avaler. 

Les résultats 2020 du géant de l’eau et des déchets ont été marqués par la pandémie de Covid-19, qui a surtout affecté l’activité dans la première moitié de l’année. Son bénéfice net a ainsi chuté de 86% à 89 millions d’euros, et le chiffre d’affaires a reculé de 4,3% à 26 milliards. Après trois trimestres en repli, le chiffre d’affaires du quatrième trimestre a toutefois progressé de 0,9% à changes constants. «Dès le troisième trimestre, l’activité du groupe a retrouvé son niveau de 2019, tendance amplifiée au quatrième trimestre», et Veolia «devrait donc enregistrer en 2021 des performances supérieures à celles de 2019», a assuré le PDG du groupe de services à l’environnement, Antoine Frérot, cité dans un communiqué. Pour cette année, Veolia prévoit ainsi un chiffre d’affaires dépassant le niveau de 2019 et un excédent brut d’exploitation (Ebitda) supérieur à 4 milliards, soit une croissance de plus de 10% par rapport à 2020. Concernant le dividende versé aux actionnaires, Veolia affiche un «objectif du retour à la politique de distribution pré-crise». Les économies sont pour leur part encore attendues à 350 millions d’euros. Ces perspectives séduisaient les investisseurs jeudi matin à la Bourse de Paris: l’action Veolia prenait 1,97% à 23,81 euros vers 10H00 jeudi, dans un marché en progression de 0,36%. 

Le rachat de Suez «avance» : Veolia a par ailleurs réaffirmé son projet de créer un «champion mondial» après avoir lancé le 8 février une OPA hostile sur les 70,1% du capital de Suez qu’il ne possède pas encore, pour 7,9 milliards d’euros au total. Le groupe détient déjà depuis octobre 29,9% de son concurrent, vendus à l’époque par Engie. Les discussions avec la direction de Suez «n’ont pas repris depuis que nous avons déposé notre offre», a indiqué Antoine Frérot lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes, tout en se redisant prêt à présenter son projet au conseil d’administration de sa cible. «Ce projet avance exactement comme nous l’avions souhaité», a-t-il assuré. «Nous avons levé et nous levons de manière accélérée depuis un mois tous les obstacles juridiques qui avaient été dressés sur la route de ce projet.» M. Frérot prévoit aussi un feu vert des autorités de la concurrence «d’ici 7 à 13 mois». La direction et les syndicats de Suez s’opposent au projet de fusion, synonyme selon eux de casse sociale et industrielle. La bataille entre les deux groupes dure depuis l’été dernier et est émaillée de nombreux recours devant les tribunaux. Dans le dernier épisode en date, le tribunal de commerce de Nanterre, qui avait ordonné à Veolia de suspendre son OPA hostile sur Suez, s’est finalement déclaré mardi incompétent dans cette affaire et l’a renvoyée devant le tribunal de commerce de Paris. Mi-janvier, Suez avait fait état d’une proposition alternative de reprise par les fonds Ardian et GIP, appelant Veolia à dialoguer. Suez doit s’exprimer vendredi matin, lorsqu’il publiera à son tour ses résultats annuels.