J. VIDOR (JVWEB) : «Sur Google, à l’annonce du confinement, les annonceurs ont cessé leurs activités publicitaires à -60%»

0
563

Alors que l’e-commerce est un des grands gagnants de la crise sanitaire mondiale, quel rôle peut jouer la e-publicité ? L’occasion pour médiaCom’ de comprendre la situation avec Jonathan Vidor, Président et Fondateur de JVWEB, PME partenaire de Google. 

MEDIACOM’ Quelle est l’expertise de JVWEB ? 

Jonathan VIDOR JVWEB est une agence digitale développant une expertise exclusive sur l’ensemble des leviers d’acquisition et de visibilité digitale. Nos stratégies sont modélisées pour accroître le développement de la clientèle, du chiffre d’affaires et des marges d’activité. Nous construisons le référencement naturel, structurons les campagnes Google Ads et Facebook Ads et coordonnons l’ensemble pour des performances optimales. Nous avons ainsi deux partenaires premium, Google et Facebook/Instagram. 

MEDIACOM’ Comment est la situation ? 

Jonathan VIDOR Nous suivons près de 4.500 annonceurs sur Google et 500 sur Facebook/Instagram. Sur Google, lors de l’annonce du confinement, les annonceurs ont cessé leurs activités publicitaires à -60%. Ce taux atteignait -50% en semaine 13 (23 au 29 mars) et -40% à la mi-avril. Les recherches sur Google ont énormément baissé et les annonceurs ont déserté. Sur Facebook/Instagram, la tendance n’est pas la même puisqu’à l’annonce du confinement, les annonceurs ont cessé leurs activités publicitaires à -50% puis à -20% à la mi-avril. De plus, contrairement à Google, l’audience sur Facebook/Instagram a progressé. 

MEDIACOM’ Pourquoi les annonceurs sur le digital ont-ils peu baissé ? 

Jonathan VIDOR Le temps d’élaboration d’une publicité sur le digital est très rapide, contrairement à un spot publicitaire TV. En moins de 24h, une campagne sur Facebook peut être activée. De plus, le CPM était et encore à faible coût, ce qui a convaincu certains annonceurs de continuer leurs campagnes sur le digital. 

MEDIACOM’ Quels sont les secteurs qui se portent bien en ligne ? 

Jonathan VIDOR Nous gérons près de 5.000 clients dont 80% sur le marché français. Sur ces clients, des secteurs se portent bien, comme celui de la parapharmacie, le jardinage, le sport à la maison, les jeux vidéos mais aussi les fournitures de bureau. Évidemment, l’alimentaire superforme. Autre constat : le secteur puériculture est en pleine forme. Notre client Orchestra réalise plusieurs fois son chiffre d’affaires semaine sur une seule journée seulement. Pour l’anecdote, le marché mondial digital des sex toys réalise un chiffre d’affaires en hausse de 25% par rapport à l’an dernier à la même période. Côté négatif, les vêtements, les bagages mais aussi le secteur automobile est en difficulté tout comme le tourisme en toute logique. 

MEDIACOM’ Quelles sont leurs stratégies de communication en cette période ? 

Jonathan VIDOR Ces acteurs ont deux stratégies. Sur la partie éditoriale, ils réagissent à l’actualité. Sur la partie publicitaire, ils continuent de mettre en avant le produit et le prix de ces derniers. Associer les produits à l’actualité de cette crise sanitaire aurait été une mauvaise stratégie. 

MEDIACOM’ Vous avez une filiale en Chine. Comment est la situation ? 

Jonathan VIDOR En Chine, nous aidons des acteurs chinois comme AliExpress ou encore Wish à mettre en place des opérations de communication digitale vers l’Europe et les États-Unis. On remarque qu’en début de crise, ces derniers avaient très légèrement baissé leurs investissements publicitaires. De plus, on note que ces acteurs sont en difficulté aujourd’hui car les stocks arrivent à épuisement et que les consommateurs européens ou américains ne souhaitent plus forcément commander des produits en provenance de l’Asie.