N. GUILLEMOT (Dynvibe) : «Loi Influence : les marques sont plus sélectives !»

0
81

Alors que la loi portant sur la régulation de la profession d’influence va fêter son premier anniversaire le 9 juin prochain, comment les stratégies des marques ont-elles évolué ? L’occasion pour mediaCom’ d’évoquer les grands changements observés avec Nicolas GUILLEMOT, cofondateur de Dynvibe. 

MEDIACOM En quoi la promulgation de la loi Régulation Influence a-t-elle fait évoluer vos process internes ? 

Nicolas GUILLEMOT Tout d’abord, nous constatons que les influenceurs français et les marques ont joué le jeu en respectant les différentes règles et ce, très rapidement. Depuis la promulgation de cette loi, nous pouvons affiner nos Data Influence. Les marques s’affichent, tout comme les créateurs de contenu. Nous pouvons ainsi mieux suivre le taux d’engagement d’une publication, par exemple. 

MEDIACOM Comment ont évolué les relations entre les marques et les créateurs de contenu ? 

Nicolas GUILLEMOT C’est là une des principales évolutions post adoption de la loi. Les influenceurs travaillent de moins en moins avec les marques, car elles sont plus sélectives qu’auparavant. Elles vont avoir davantage tendance à privilégier des partenariats à long terme. Afin de s’inscrire dans le cadre de cette nouvelle loi, elles ont dû contractualiser plus clairement leurs relations. Il va donc falloir s’attendre à des partenariats plus authentiques et durables entre marques et influenceurs. 

MEDIACOM En quoi le taux d’engagement devient-il moins performant pour les annonceurs ? 

Nicolas GUILLEMOT Si la confiance des consommateurs a été renforcée par plus de transparence de la part des marques et des influenceurs qui ont largement respecté la loi en mentionnant clairement les partenariats payants sur leurs contenus, le taux d’engagement est en baisse. Cette chute concerne particulièrement les contenus identifiés comme sponsorisés, bien que cette tendance reflète une baisse générale de l’engagement sur les réseaux sociaux. Il s’agira de continuer à inspirer des régulations similaires à l’échelle mondiale dans le but de promouvoir un marketing d’influence plus responsable et transparent. Tout en maintenant des marques favorisant la transparence, l’innovation et la créativité dans les pratiques de marketing doivent être encouragées. 

MEDIACOM Le profil des influenceurs a-t-il évolué ? 

Nicolas GUILLEMOT Les influenceurs dits classiques restent incontournables, mais les changemakers ont gagné en pertinence. Très spécialisés sur leurs sujets et à la croisée entre les influenceurs traditionnels et les Key Opinion Leader, leur expertise est gage de crédibilité et leur taux d’engagement est bien plus élevé : jusqu’à 4 fois plus que les influenceurs traditionnels. 

MEDIACOM En quoi l’IA peut-elle aider les créateurs et les marques ? 

Nicolas GUILLEMOT S’il est désormais nécessaire de créer des relations avec les nouveaux influenceurs, il ne faut pas oublier le potentiel que l’IA générative peut apporter en matière de création de contenus. Les marques doivent explorer en profondeur les opportunités que les influenceurs peuvent leur offrir pour créer des contenus et formats aussi bien innovants qu’engageants. Cela leur permettra d’augmenter leur relation avec les consommateurs ciblés.