D. QUILLOT (Cityz Media) : « La communication extérieure a de beaux jours devant elle»

0
184

Le 49ème Grand Prix de la Communication Extérieure, organisé par l’UPE (Union de la Publicité Extérieure), se tient à Annecy du 13 au 15 mars. L’occasion pour mediaCom’ d’évoquer cette édition et la place de la communication extérieure avec Didier QUILLOT, Président exécutif de Cityz Media. 

MEDIACOM’ Comment se tiendra le 49ème GP de la Communication Extérieure ? 

Didier QUILLOT Le 49ème Grand Prix de la Communication Extérieure, organisé par l’UPE (Union de la Publicité Extérieure), aura lieu à Annecy du 13 au 15 mars prochain. En tant que nouveau Président de Cityz Media, j’ai l’honneur de succéder à Boutaïna Araki et de prendre la Présidence du GPCE aux côtés de Mélanie Pennec, Présidente du Jury. 600 visuels sont en lice pour le Grand Prix de cette année, ce qui représente une centaine de campagnes et s’inscrit dans la lignée de 2022. Nous comptons en revanche cette année beaucoup plus d’agences participantes, ce qui est un très bon signe pour l’attractivité de notre média. 

MEDIACOM’ Quels sont les Prix mis en compétition ? 

Didier QUILLOT Comme les années précédentes, la 49ème édition du GPCE comportera des Mentions, des Prix et le Grand Prix. Ce dernier constitue une distinction hautement honorifique et très reconnue et appréciée des agences de création. Les créatifs apprécient le GPCE car c’est un événement à l’image de la communication extérieure et de sa puissance créative. 

MEDIACOM’ Renouvelez-vous le Prix de l’engagement, lancé en 2022 ? 

Didier QUILLOT Oui, le Prix de l’Engagement est maintenu. Pour rappel, ce Prix initié il y a maintenant deux ans à l’occasion de la nouvelle Présidence de Cityz Media, aux côtés de Melanie Pennec, avait pour vocation de récompenser les campagnes à impact. Nous tenons profondément à cette distinction : les marques doivent afficher davantage leur engagement et leur audace, car c’est ainsi que nous irons vers une communication extérieure plus responsable. Grâce à ce Prix, nous souhaitons ouvrir le débat sur l’utilité publique de la communication extérieure, afin de faire évoluer les récits dans la rue et de mettre en avant notre rôle en tant que média engagé, populaire et par définition grand public. 

MEDIACOM’ Quel regard portez-vous sur l’évolution créative des campagnes de communication extérieure ? 

Didier QUILLOT Tous les ans, nous pensons que les visuels proposés pour le GPCE ne pourront être que moins bons par rapport à l’année précédente… et tous les ans, l’oeil aiguisé des créatifs nous impressionne ! Le Grand Prix fait en général l’unanimité. La créativité des campagnes de communication extérieure ne s’épuise pas. Le digital semble encore avoir du potentiel pour exprimer sa richesse créative. Nous observons des progrès d’année en année, mais les créations digitales sont très souvent des affiches initialement fixes qui ont été animées. Pourtant, le DOOH représente une véritable opportunité pour notre média. Il vient véritablement enrichir le print et non le cannibaliser. 

MEDIACOM’ Comment se porte le secteur de la communication extérieure ? 

Didier QUILLOT La communication extérieure a de beaux jours devant elle. En 2023, le marché de la communication extérieure a été très porteur : il a connu une croissance qui sera rendue publique cette semaine à l’occasion du BUMP mais on peut déjà affirmer que la croissance de ce média continue d’être très positive, à l’heure où beaucoup d’autres médias connaissent un ralentissement… La mobilité ne cesse de se diversifier et de porter l’audience de notre média qui ne connait pas de fragmentation contrairement à ce que l’on peut observer par ailleurs. L’innovation, dont ce média continue de faire preuve aussi bien en matière d’audience, d’efficacité publicitaire ou d’empreinte carbone, montre combien la communication extérieure est un média efficace et responsable au service des marques et des acteurs publics.