G. DOKI-THONON (Reech) : «66% des créateurs gagnent moins de 5 000€ par an»

0
83

Pour la 8ème année consécutive, Reech a dévoilé son étude «Les Influenceurs & les marques», avec la participation active de près de 1.300 créateurs de contenu, qui ont répondu à plus de 40 questions. L’occasion pour mediaCom’ d’évoquer les points essentiels du rapport avec Guillaume DOKI-THONON, CEO et cofondateur de Reech. 

MEDIACOM Quel est le profil des influenceurs ? 

Guillaume DOKI-THONON Estimés à 150.000, le nombre de créateurs de contenu en France semble se stabiliser par rapport aux années passées, dont la part des femmes augmente de +4 points : 78% cette année contre 74% en 2021. Si le nombre de créateurs estimé n’a pas changé, on observe toutefois certaines évolutions. D’abord sur la moyenne d’âge qui augmente de 3 ans par rapport à 2021. Cette année, les créateurs de contenu ont en moyenne 34 ans. Cette évolution ne s’explique pas uniquement par un vieillissement de la population mais bien par la population des créateurs qui s’étend à de nouvelles tranches d’âges. En moyenne, les influenceurs ont 69.000 abonnés sur Instagram, 90.000 sur TikTok et 132.000 sur YouTube. Notons aussi que près d’un créateur de contenu sur 4 est à temps plein : 24% contre 15% en 2021. 

MEDIACOM Dans cet univers, que représentent les plateformes sociales ? 

Guillaume DOKI-THONON En deux ans, les plateformes et leur usage ont bien évolué. Instagram est le réseau principal pour 91% des créateurs de contenu et utilisé par une grande majorité d’entre eux (98%). Une percée fulgurante dans le secteur : TikTok est utilisé par 58% des créateurs et devient le principal réseau pour 33% d’entre eux. Si Facebook est aujourd’hui considéré comme ancien dans la conscience collective, il atteint la 2ème place des réseaux les plus plébiscités par les créateurs en gardant les faveurs de 71% des sondés, dont 27% en réseau principal. D’autres réseaux se maintiennent, à l’image de LinkedIn et YouTube. Le réseau social professionnel reste le réseau principal pour 7% des créateurs, quant à YouTube, c’est la plateforme privilégiée par 17% des répondants. 

MEDIACOM Le marché de l’influence marketing poursuit-il sont ascension exponentielle ? 

Guillaume DOKI-THONON En 2023, 83% des répondants ont réalisé des partenariats, gratuits ou rémunérés, soit une hausse de 2 points par rapport à 2021. Grâce à la technologie Reech Influence Cloud, on observe aujourd’hui que 2,85% des posts liés aux créateurs de contenu sont réalisés dans le cadre d’un partenariat avec les marques, contre 2,1% en 2022, une augmentation notable de +33%. Si plus de 8 créateurs sur 10 ont réalisé au moins un type de partenariats cette année, c’est le placement de produit qui reste le partenariat privilégié à 76%, suivi de la production de contenus pour les marques qui explose avec 61% en 2023 contre 39% en 2019. 

MEDIACOM En raison de cette évolution, que représentent les revenus des influenceurs ? 

Guillaume DOKI-THONON Selon notre rapport, 37% des créateurs déclarent avoir augmenté leurs tarifs, un phénomène croissant avec la taille de la communauté́ : de 18% pour les moins de 5.000 abonnés, il culmine à 55% au-dessus de 100.000 abonnés. Si seulement 6% des moins de 5.000 abonnés ont diminué́ leurs tarifs, ce chiffre est de près de 15% pour les autres populations. De plus, 66% des créateurs gagnent moins de 5.000€ par an grâce à leur activité́, quelle que soit la taille de leur communauté. Passé les 100.000 abonnés, 68% déclarent gagner plus de 10.000€ annuels grâce à leurs contenus. 

MEDIACOM Que pensent les créateurs de contenu de la régulation du marché ? 

Guillaume DOKI-THONON Le marché de l’influence a été mis sur le devant de la scène en 2023 avec, entre autres, la promulgation de la loi du 9 juin. 75% des créateurs de contenu déclarent avoir pris connaissance de la loi visant à encadrer l’activité dans le but de lutter contre diverses dérives qui entachent le métier. Dans cette large majorité, 58% affirment néanmoins un manque d’information sur le sujet et souhaitent des clarifications pour appliquer sereinement la loi. Seuls 18% considèrent la loi comme un désavantage pour eux. Ils sont 24% à voir les changements dans leurs collaborations avec les marques et 42% à apercevoir un changement mais encore trop minime. Pour 83% des créateurs, dans l’optique d’une influence plus responsable, il faut avant tout se prémunir contre les arnaques. La transparence des partenariats arrive en seconde position, à 67%. Une donnée intéressante lorsque l’on considère que 47% des sondés déclarent que l’obligation de mentionner explicitement les partenariats était un changement important dû à la nouvelle loi Influence. 

MEDIACOM Les créateurs de contenu s’engagent-ils plus ? 

Guillaume DOKI-THONON C’est une réalité ! 30% des interrogés déclarent avoir déjà effectué un partenariat d’intérêt public, non rémunéré pour la majorité. Le respect et la protection de l’environnement et l’égalité hommes/femmes à 46% chacune, sont les causes prioritaires des engagements des créateurs. Suivi de la lutte contre le cyberharcèlement pour 39% d’entre eux, ce dernier item n’est pas surprenant alors qu’un créateur de moins de 30 ans sur 3 déclare en avoir été victime.