N. BLANCHARD (Vinted) : «Notre mission est de faire de la mode de seconde main le premier choix dans le monde»

0
311

Vinted a lancé sa nouvelle campagne. Les utilisatrices sont au coeur de cette prise de parole. L’occasion pour médiaCom’ de faire le point avec Natacha BLANCHARD, chargée de communication de Vinted. 

MEDIACOM’ 

Vinted lance une nouvelle campagne. Quel est le plan de communication ? 

Natacha BLANCHARD 

Notre nouvelle campagne est diffusée depuis début janvier et le sera encore jusqu’à début février. La diffusion et la visibilité se font principalement en télévision, incluant les principales chaînes françaises, mais le dispositif est aussi soutenu par des activations en digital et les réseaux sociaux de la marque. 

MEDIACOM’ 

Dans cette prise de parole, vous mettez en avant des utilisatrices de l’application. Pourquoi ce choix ? 

Natacha BLANCHARD 

A la différence de nos publicités habituelles, nous avons fait le choix cette fois d’offrir à quatre de nos membres de prendre la parole et la possibilité de raconter leur expérience et leur utilisation de la plateforme. Cette démarche s’inscrit dans un souci de représentation de la communauté qui fait évoluer et grandir Vinted. La France est notre premier marché, il était donc logique de proposer ce format de campagne dans l’Hexagone, avec des utilisatrices françaises. Ce fut aussi un défi pour nos équipes d’organiser les tournages au domicile des utilisatrices, sans scénario pré-écrit, mais cela semblait évident dans ce contexte. De même que seules des pièces de leur dressing ont été utilisées, pour respecter leur style, leur personnalité. Cassandre, Lucie, Aurélie et Sarah connaissent et utilisent Vinted depuis au moins trois ans, six ans pour certaines, et étaient donc pleinement légitimes pour s’exprimer sur l’application. 

MEDIACOM’ 

A qui s’adresse cette campagne ? 

Natacha BLANCHARD 

Cette campagne se tourne vers un public qui utilise déjà Vinted. La prise de parole se veut le reflet de différents profils que l’on peut observer au sein de la communauté. 

MEDIACOM’ 

Quels sont vos objectifs ? 

Natacha BLANCHARD 

Notre mission est de faire de la mode de seconde main le premier choix dans le monde. Pour atteindre cet objectif et continuer à nous développer, il est important de ne pas relâcher nos efforts et de viser une amélioration constante de notre proposition, de l’application, et des services aux membres. C’est une mission qui nécessite une attention au quotidien pour les équipes, afin d’écouter les retours des utilisateurs, comprendre leurs attentes pour toujours mieux y répondre. 

MEDIACOM’ 

Quel est le profil de ces derniers ? 

Natacha BLANCHARD 

La majorité des utilisateurs a un profil plutôt féminin et jeune, mais cela évolue vers des comptes familiaux grâce à la catégorie enfant notamment, qui représente près d’un tiers des articles mis en ligne sur la plateforme. Les hommes se mettent aussi à la seconde main. Cette catégorie représente actuellement environ 10% des annonces postées. 

MEDIACOM’ 

Est-ce une tendance internationale ou une spécificité française ? 

Natacha BLANCHARD 

Oui, c’est une tendance que nous constatons sur l’ensemble des pays où nous sommes présents, et les prévisions réalisées par différents organismes et acteurs du marché tendent à montrer que ce mouvement va continuer à croître. Il a encore une large marge de progression devant lui. De manière générale, la seconde main est tout simplement entrée dans les moeurs, elle a intégré le quotidien des gens, en adressant entre autres des questions sociétales et économiques qui ont pris de l’ampleur ces dernières années. 

MEDIACOM’ 

Comment se porte Vinted ? 

Natacha BLANCHARD 

Vinted aujourd’hui, c’est plus de 25 millions de membres enregistrés dont 11 millions en France. En 2019, les membres sur l’ensemble de nos plateformes européennes ont réalisé 1,3 milliard d’euros de ventes, gains qu’ils récupèrent entièrement, puisque nous ne prélevons pas de frais auprès des vendeurs. En novembre dernier, notre cinquième levée de fonds nous a permis de sécuriser 128 millions d’euros, pour une évaluation de l’entreprise à 1 milliard d’euros.